mercredi 1 octobre 2014

Peace, Love & Amma (The Hugging Lady)


Le corps médical semble formel : un câlin par jour ferait baisser l'hypertension (ça ferait également du bien à notre système immunitaire, et réduirait notre niveau de stress, que du bon). Le Journal des femmes, plus gourmand, est d'avis que 106 minutes de câlin par jour rendent plus heureux (sur un planning un peu serré faut arriver à caler...). Dans la lignée, on a aussi pu croiser quelques illuminés avec des pancartes FREE HUGS (câlins gratuits) dans la rue (ici - on a pris la fuite fissa !) Et vous, avez vous votre dose de câlins ? (aux fans de chats qui sévissent sur les réseaux sociaux, on vous sent venir, câliner son chat ça ne compte pas). Le monde change et on ne s'en serait pas aperçues ? Que nenni, les SUNDAY MORNING femmes de terrain, curieuses comme tout, sommes allées nous faire hugger par la câlineuse professionnelle Amma.

Son visage et son nom ne vous disent rien ? Comme toujours, on vous instruit de bon coeur : avec ses allures de gamine hilare, Amma (« mère » en hindi) a plus de 60 ans - première conclusion : ça conserve. C'est une véritable figure spirituelle et humanitaire indienne. Depuis plus de 30 ans, elle alterne sa vie entre son Ashram du Kerala (sud ouest de l'Inde, très belle région) et des véritables tournées mondiales du calibre de celles d'une rock star, pour diffuser un message universel d'amour et de paix à travers ce fameux Darshan (étreinte) qui l'a rendue célèbre. Elle aurait pris dans ses bras près de 30 millions de personnes à ce jour, rien que ça.

Photo : Amma et son fan club

Amma la douce, avec son air tranquille et son Darshan qui pourra en faire sourire certains, est la fondatrice d'un véritable empire qui fonctionne grâce à une tripotée de bénévoles à travers le monde sous le nom d'« Embracing the World » (hôpitaux, hospices, orphelinats, écoles, actions de protection de la planète et des femmes...) à partir de dons et de la vente de produits dérivés. Un vrai business menée de main de maîtresse indienne. Amma a aussi donné des conférences à l'ONU et dans de nombreuses universités. Elle a fait du chemin la petite fille de pêcheurs à qui on lançait des cailloux dans son village car elle avait choisi d'aider son prochain en transgressant le rigide système des castes (chacun la sienne un point c'est tout). Devinez qui est venu trouver la communauté internationale pour savoir comment aider les victimes du Tsunami en 2005 ? Bingo, c'est "Embracing the World" qui a eu à répartir plus de 30 millions d'euros. C'est dire si cette femme est influente sous des abords très peace & love, viens que je te câline.
Et ce fameux Darshan alors ? Amma reçoit, rien de bien sexy,  Pontoise ou Rungis, parc des expositions, premier constat il faut de la place car il y a foule ! Des gens de toutes sortes, toutes confessions confondues semble t il, plusieurs générations également. Déroutant, tout le monde est là, zen, esprit bon enfant, prêt à patienter le temps qu'il faudra, parfois plusieurs heures, pour pouvoir approcher "la mère" encadrée par ses bénévoles en saris blancs, c'est du zéro impro tout est orchestré, un poil militaire, pour faire évoluer la foule vers la star du jour (on prend son ticket !) Des chants spirituels hindous résonnent (les Bhajans), l'encens brûle à tout va, tentures et tapis chargés des couleurs de l'Inde égayent ce hall impersonnel devenu accueillant pour l'occasion ; le buffet végétarien sent divinement bon. Enfin, le Darshan arrive, on est quand même venues pour ça ! L'étreinte est franche, chaleureuse, effectivement pleine d'affection, radiante Amma qui vous sourit et psalmodie des trucs sûrement très gentils en hindi à l'oreille. 3 minutes par tête, Amma enchaîne, point de répit ya du monde à câliner. On repart même avec une petite offrande au creux de la main.

On appelle ça une expérience... et pas des moindres, jugez par vous même - nous avons un point en commun avec ce vieux sex symbol de Richard qui n'a pas dû se gêner pour se faire câliner lui aussi :

Photo : Richard Geere a mis sa plus belle cravate pour aller voir Amma 
Photo : avec Gisèle  Bundschen, copines comme cochon

 
Photo : et là c'est Sharon Stone qui a besoin d'un petit câlin
Sa tournée 2014 , c'est pour bientôt, irez vous ? Sinon envoyez votre voisine acariâtre ou votre chef en mal d'amour ce sera tout bénéf'.

Restez Peace aujourd'hui SUNDAY MONING amis et étreignez qui vous voudrez !

mardi 30 septembre 2014

Comment mettez-vous votre vernis ?

Question cruciale, n'est-elle pas ! Mais si votre mère ne vous a pas appris, ou votre sœur, ou votre copine, comment avez vous fait ? A grands coups de haut en bas ?
On se doutait qu'il y avait des choses à ne pas faire et quelques technique imparables ! Et c'est en tombant l'autre jour sur le site de la marque suisse Mavala (qui fait de formidables petits vernis dans des couleurs à tomber) que j'ai découvert comment s'y prendre. Il était temps...


1 - Commencer déposer une couche sur le bout de l'ongle. On part du haut (cuticule) pour aller vers le bout de l'ongle.
2 - Déposer une deuxième couche en partant du milieu, un peu plus haut, jusqu'au bout de l'ongle.
3 - La troisième couche horizontale vient délimiter le haut de l'ongle, tout près des cuticules.
4 - Déposer une couche sur le côté (celui que vous voulez).
5 - Et finir par le même geste, mais de l'autre côté.

Comment poser son vernis : technique imparable.

Le résultat...

Tout simple, non ? On applique deux couches de vernis, et ça tient ! Si on est soigneuse et patiente, on dépose une base avant et un top après. Et si on veut être encore plus responsable, on choisit un vernis pas trop agressif.

Mais tout le monde - à part moi - savait déjà ça, non ?
Et vous, comment faites-vous ?










lundi 29 septembre 2014

Boulettes de poulet au parmesan



Kid friendly au possible, cette recette de boulettes de poulet u parmesan a toutes les chances de plaire aussi aux adultes. Elle ne nécessite pas beaucoup d'ingrédients, est toute simple et rapide à réaliser, mais fait son petit effet lorsque vous la présentez à table ("c'est qui ? Picard ?" - à prendre comme un compliment !).
La liste de courses (pour copier Laure) pour 4 :
250 g de filet de poulet.
30 g de parmesan et 30 g de pecorino
Un peu de mie de pain
Une grosse gousse d'ail
Du persil
De l'huile d'olive et du sel
Des bâtonnets en bois pour les brochettes.
Dans un robot, mixer tous les ingrédients. Vous pouvez laisser quelques morceaux bruts pour donner un peu de relief aux boulettes.
Avec la farce, former des boulettes pas trop grosses.
Faire chauffer un peu d'huile d'olive dans une poëlle et faire revenir les boulettes. Elles doivent être dorées (donc un peu craquantes en surface), c'est meilleur.
Piquer deux boulettes par brochette et voilà !

Servir, selon les goûts, avec du riz, et une salade de tomates-basilic-huile d'olive coupées en cubes. Notez que ça peut être aussi une bonne idée d'apéritif copieux.

Enjoy !


vendredi 26 septembre 2014

jeudi 25 septembre 2014

Envie d'un... chapeau

L'automne est arrivé, c'est une bonne raison pour troquer sa casquette/panama de l'été pour un beau Fedora en feutre ou autre chose...

Une composition qui fait envie, signée Madewell



Photo : Pure Wow


Une touche de bordeaux : chapeau "Ame"
de French Connection chez Asos


Ambiance pampa (photo Collage Vintage)



Le plus séduisant (et facile à porter)


On peut aussi trouver un Fedora en feutre à vil prix chez Monop et de très jolis chapeaux cloche chez Uniqlo (s'ils sont disponibles en France).


Photo via A Thousand Birds

mercredi 24 septembre 2014

La cagnotte qui fâche c'est fini !


Avez vous déjà eu à organiser une collecte pour un cadeau de départ, l'anniversaire d'un pote, un EVJF.... bref, avez vous eu à faire de la retape auprès d'une liste de contacts (proches ou moins proches) pour qu'ils acceptent de mettre la main à la poche pour une bonne cause ? Nous si, car sur le panthéon des fruits on a une place toute réservée depuis longtemps, THE bonne poire !  Sauf que, souvent femme varie, car toutes ces belles initiatives genre « ok c’est moi qui m’y colle » (à moins qu’on ne vous y colle d’office depuis des plombes) c'est galèèèèère ! Avoir à relancer pour la énième fois la collègue de bureau de la mariée, la sœur de votre meilleur amie, le pote de maternelle de votre grande copine, bordéliques, radins ou retardataires,  pour qu’ils tiennent leur engagement  pfiou...  (n'oublions pas le fameux chèque qui s’est perdu, le "j’ai pas de cash c’est con repasse demain", le " ah ben non j’ai pas eu ton message", "mais si enfin je te dis que j’ai participé").... it’s all over now baby comme chantait Dylan ! C’est là qu’intervient la cagnotte virtuelle, le XXIème siècle ça a du bon.
 
Photo : Tant pis pour les végétariens

Testée récemment, c’est carré de la touffe comme dirait mon voisin d'open space.  On crée son compte, puis sa cagnotte agrémentée d'un petit babla, on fixe une date de début et de fin, emballé c’est pesé, on diffuse (ah les réseaux sociaux !) et voilà, c'est facile. Pour la partie adverse, en un clic le règlement est fait, plus d'embrouille (les participants pudiques peuvent aussi masquer le montant de leur participation).

On a choisi celle qui semblait avoir fait ses preuves (si la presse en parle...), et qui simplifie au max la démarche (pas besoin d’avoir un compte Paypal et tout est sécurisé)  : Leetchi. Quant aux tarifs, vu que  ce n’est pas qu’un projet uniquement destiné à rendre les gens plus heureux, ils se tiennent, on a choisi le 4% sur le montant reversé et hop.

On vote donc pour, gain de temps et d'énergie assurés (d'argent aussi vu qu'on assurait quasi systématiquement l'avance et parfois aussi le financement des impayés...), une aubaine donc. Il est intéressant de savoir qu'on peut l’utiliser bien au-delà du cadre du fameux cadeau commun :   on peut lancer une cagnotte pour participer à une cause, dépanner des potes l’air de rien (en douceur, c'est virtuel), comme on a pu le faire récemment pour contribuer à quelques frais d’hospitalisation d’une amie en galère. Solidarnosc !

 
Photo : connaissiez vous l'expression "avoir des oursins dans son porte monnaie" ? 

A classer dans la rubrique "bons plans" et lors du prochain cadeau commun à organiser, vous resterez zeeeeeeen,  SUNDAY MORNING attitude quoi :)  


mardi 23 septembre 2014

Tarte au chocolat au lait de Capri-Sun (si si)

Mercredi dernier, nous étions conviés, avec deux autres blogueurs, Rose et Sébastien, à cuisiner en famille au Jardin d'Acclimatation. Avouez que c'est plutôt sympa comme rendez-vous, surtout lorsque l'été traîne en longueur et qu'on peut s'amuser avec les balançoires juste à côté des cuisines du pavillon...


Au programme entre autres, une tarte au chocolat au lait de Capri-Sun. Oui, ça peut sembler étrange sur le papier, mais nous parlons bien de la boisson à l'eau et aux fruits qui se déguste avec une paille. Je précise que nous n'y serions pas arrivées seules, aussi l'assistance précieuse, la bonne humeur et la patience des nos deux pâtissières d'Esprit Cuisine a été appréciée (on va pas se mentir, elles ont tout fait !).

Au final, on a dégusté une tarte au chocolat (et au Capri-Sun) vraiment délicieuse. Et même si vous n'êtes pas dingues de desserts, celle-ci est à peine sucrée et discrètement parfumée aux fruits rouges.

Les charmantes pâtissières d'Esprit Cuisine en tablier rose.

La liste des courses
Pour réaliser la tarte, il vous faudra :
Pour la ganache : 200 ml de Capri-Sun fruits rouges, 150 g de chocolat à 70 %, 50 g de crème, 1 œuf.
Pour la pâte : 150 g de farine, 55 g de sucre glace, 60 g de beurre*, 3 jaunes d'œufs.

Commencer par la pâte. Bien mélanger les ingrédients puis aplatir la boule au rouleau (l'astuce : coincer la pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé). Laisser reposer 2h au réfrigérateur.

Bien beurrer le moule (dans ce genre), placer la pâte, piquer le fond et les bords avec une fourchette et remettre au frais le temps de préparer la ganache.

Faire bouillir la crème et le Capri-Sun dans une casserole. Verser sur le chocolat , et remuer (au mixeur au besoin), en évitant de faire des bulles... C'est pas gagné ! Ajouter l'œuf en remuant, toujours sans faire entrer d'air. Verser dans le fond de tarte et faire cuire 30 min. à 180°.

C'est délicieux, pas si compliqué à réaliser, les enfants peuvent casser les œufs et appuyer sur le bouton du mixeur. Voilà une excellente idée de dessert pour régaler les copains ou pour un anniversaire.

La tarte (ici en version mini et pâte au chocolat) - un régal !

PS : Laisser refroidir une bonne heure (au frigo au besoin), la tarte n'en sera que meilleure et digeste.

 

* J'ai tellement aimé cette recette je l'ai refaite ce week-end. Au final, j'enlèverais 10 g. de beurre pour la pâte (ou j'ajouterais un peu de farine) qui m'a semblée un peu grasse...


Vous aimez les desserts, testez notre tarte aux fruits du verger et les æbleskiver !