jeudi 28 août 2014

Do you Ganesh ? Défilé annuel à Paris dimanche 31 Août

 NAMASTE SUNDAY MORNING FRIENDS !
 
 
Paris est une vaste mosaïque de paysages pour qui sait pratiquer l'exploration urbaine et y voir un peu de magie, l'aventure est alors est au coin de la rue, avec son cortège de saveurs, d'exotisme et de surprises. Saviez vous que chaque année se tient religieusement la grande fête dédiée à Ganesh, le Dieu Hindou à tête d'éléphant ? Dépaysement garanti, soyez juste prêts à braver la foule (fort dense, vous voilà prévenus mais les dieux sacrés de l'Inde seront avec vous) et vous vous trouverez transportés très loin, pourtant à peine à quelques stations de métro de chez vous (manifestation essentiellement localisée entre les 18 et 10èmes). 
 
 
Mais tout d'abord qui est ce Ganesh ? C'est un Dieu Superstar (parmis les 30 000 Dieux recensés au Panthéon hindou, il serait dans le peloton de tête haut la main). Il incarne la sagesse, l'éducation, les arts. Pourtant tout avait plutôt mal commencé pour lui : son père Shiva était parti loin du nid méditer longuement dans l'Himalaya. On le sait tous, les enfants, à force de les nourrir, changent vite et un jour vous dépassent d'une tête voire plusieurs. Le petit Ganesh devenu jeune homme était resté à la maison pour veiller sur sa mère Parvati qui ce jour là prenait son bain peinarde. Shiva, rentré à l'improviste, tomba  sur Ganesh qui avait donc bien changé. S'imaginant des histoires folles, il ne reconnut point son fiston, et très en colère face au danger potentiel représenté par la présence d'un autre mâle (ce que les hommes sont bêtes parfois), lui trancha la tête aussi sec. Un peu radical certes. S'apercevant de son erreur, il remplaça raconte t on, la tête du petit Ganesh avec celle du premier être vivant qui passait par là, vous devinez la suite. Cela dit, cette déconvenue de taille assura à Ganesh le gros succès qu'on lui connaît, donc sans rancune Shiva tu pouvais pas savoir. En général Ganesh est un peu rondouillard, l'air débonnaire et décontracté, il est parfois même représenté en train de danser. Un Dieu sympa somme toute.
 
Ce jour là plus que jamais, les femmes sont sur leur 31, superbes, drapées dans leurs saris colorés, la chevelure parée de couronnes de jasmin, les yeux cernés khol (les enfants aussi sont maquillés,  parfois même aussi les petits garçons, tradition oblige), sans oublier le 3ème œil bien en place sur tous les fronts.
 
Les hommes s'en sortent beaucoup moins bien avouons le mais comme toujours, c'est affaire de goût, Jean Paul Gaultier n'avait il pas célébré l'homme en jupe dans nos folles années 80 ?  Quant à la moustache, on sait aussi qu'elle revient en force ces dernières saisons.

 
Ils ne ménagent pas leur peine pour exploser des noix de coco sur la chaussée (péalablement purifiée à l'eau de rose), gare aux projectiles, quels grands fous ces indiens. Les femmes semblent davantage dévouées aux offrandes, le portage sur tête fort bien maîtrisé (elles défilent quand même avec du camphre enflammé sur la tête c'est balot). Des danseurs ouvrent le cortège, parés de plumes de paon (encore un animal vénéré en Inde), les musiciens les accompagnent à la flûte et au tambour. Chaque boutique dresse un autel où sont disposés offrandes, guirlandes, noix de coco. C'est vraiment la fête et toutes les générations sont représentées.
 
 
On est surpris de découvrir la communauté (majoritairement Sri Lankaise et originaire du Sud de l'Inde, les Tamouls) aussi nombreuse en ce jour de liesse indienne autour des chars, défilant dans les rues de Paris.
 

A moment donné (ça creuse) vous serez bien contents d'aller vous restaurer. Pas besoin de préciser, on oublie le saint poulet du dimanche, curry pour tous svp ! Le restaurant Dishny organise par exemple de vastes tablées dans la rue avec un menu spécial Ganesh point ruineux du tout (bonne adresse tout au long de l'année, testée pour vous moultes fois), mais il n'est pas le seul, rue du Faubourg Saint Denis entre les Métros Gare du Nord et La Chapelle, ils sont légions à proposer un menu festif et convivial.

Préparez vous donc à découvrir un joyeux bordel coloré, exotique à souhait, plutôt bon enfant - même si l'évènement reste encadré par la municipalité (sécurité, nettoyage, circulation bloquée sur certains axes) - des danses folles, une surabondance de parfums (encens et camphre, eau de rose), de musique, de couleurs.  Vous en serez ?  C'est ce dimanche 31 Août. Le défilé commencera au Temple de Ganesh (Manicka Vinayakar Alayam situé au métro La Chapelle), précédé par une cérémonie religieuse sur le coup de 9h00 (le défilé partira à 11h et durera jusqu'à 15h). L'itinéraire et l'adresse du Temple sont précisés ici.
  
 
 
 


 
 

mercredi 27 août 2014

Confiture de poires à la vanille

Photo : Cecilia Sun

De la confiture, il n'y a pas plus simple à faire, si ?
Cette recette, qui tombe à pic puisque les poires sont arrivées, possède deux trucs en plus qui la rendent encore meilleure...

Avant toutes choses, il vous faudra de belles poires. Pour la quantité, à vous de voir combien de pots vous comptez faire, mais à partir de 700g, c'est déjà bien.
Lavez les soigneusement et... c'est là le premier truc : rapez les poires avec leur peau. Jetez (au compost !) le cœur et les pépins.

Pesez la purée de poire et faites-là mijoter environ 10 minutes. Ajoutez son poids en sucre (pour ma part j'en mets toujours moins, 20% environ) ainsi que - deuxième truc - une cuiller à café d'extrait de vanille ou une gousse fendue, c'est encore mieux.

Couvrez et laissez mijoter un quart d'heure. Versez la confiture dans les pots, fermez bien les couvercles et retournez les pots le temps qu'ils refroidissent.

Bonne dégustation !


mardi 26 août 2014

Cactus Parc de Barcelone

Barcelona (cliquez pour lire en musique lalala )


Hola amigos. Avant toute chose il faut que vos sachiez qu'au sein de SUNDAY MORNING se cache une grande amoureuse de l'Espagne. La recette du gazpacho aurait pu vous mettre la puce à l'oreille, et, préparez vous, vous saurez très bientôt comment réaliser une paella gouteuse comme celle d'une vraie mère de famille espagnole. D'ici là, plutôt que de vous rebattre les oreilles avec des histoires de playas, de tapas et de fiestas endiablées au soleil (les options touristiques ne manquent pas non plus), parlons plutôt d'un endroit particulièrement méconnu qu'on adore que nous vous invitons à aller visiter si vous allez à Barcelone, et las justement de playas, de tapas et de fiestas, cherchez un balade hors des sentiers battus : le parc des cactus ! (Jardins Mossen costa i Llobera)
Pour vous y rendre, il vous faudra tout d'abord mettre le cap sur le quartier de Poble Sec, jadis antre des théâtres et cabarets de Barcelone (pour la petite histoire, le Molino, rebaptisé à l'époque "Le Petit Moulin Rouge" cartonnait car on pouvait y voir nombre de spectacles ayant été censurés partout ailleurs en Europe, autant vous dire que ce quartier a sacrément vibré en son temps). Cherchez comme point de repère le métro Parallel et la Sala Apolo au 113 Nou de la Rambla (ancien théâtre itou, désormais boîte branchée, bel endroit). Si les locaux ne sauront probablement pas vous guider vers le confidentiel parc des cactus, ils connaîtront à coup sûr la Sala Apolo, ces incorrigibles fêtards.

Ensuite ascension vers le quartier de Monjuic* ; c'est pas compliqué, ça commence à grimper, longez la Sala Apolo et laissez l'avenue Parallel, le quartier du Raval derrière vous. Pour les plus fainéants (toujours plus nombreux, le tourisme ça fatigue) prenez le téléphérique, émotion assurée ! Vous serez suspendus à 70 m d'altitude entre ciel et mer. Rassurez vous si le téléphérique a été construit en 1929 pour l'expo universelle, il n'en est pas moins fiable, aucune mort tragique de touriste ne nous a été rapportée. (départ depuis la tour San Sébastian dans le quartier de la plage de Barcelonette). Une fois arrivés tout là haut, cherchez le magnifique Hotel Miramar (sur l'avenue du même nom) niché dans un ancien Palais, voisin du Parc. La vue panoramique est bluffante, vous êtes en haut d'une colline qui surplombe le port, la ville au loin et les paquebots qui partent en croisière dans les îles.
Notre parc préféré rassemble des cactus on l'avait tous deviné, de tous les continents, qui bénéficient d'un micro climat (mer + altitude). Si on part du principe que pour arriver à son petit mètre 60 comme nous, un cactus prend son temps (30 ans en moyenne), vous imaginerez aisément que bon nombre des cactus de notre parc ne sont plus tout jeunes.  Le plus surprenant c'est que ce parc est non seulement assez unique en son genre, la vue est magnifique, la balade originale... mais il est pratiquement désert ! Une raison de plus de l'adorer comme nous (pardon je me répète, quand on parle de l'Espagne je m'emballe toujours, c'est ainsi), c'est une bouffée de calme loin des hordes de touriste des Ramblas pourtant toutes proches.


 

Pour les horaires c'est

A vos photos dignes d'un trek dans le désert de Chihuahua !


*Autres attractions à Montjuic : Fondation Miro (art moderne), Pueblo Espanyol (encore une relique de l'expo universelle de 1929, reconstitution en plein air des monuments espagnols, il y aura forcément quelques amateurs, c'est assez insolite aussi), Piscine Olympique, Theâtre Grec, Château de Montjuic, quelques terrasses accueillantes aussi.

lundi 25 août 2014

Idée week-end : Le Trésor dans l'Aude

Sonnac sur l'Hers. Photo Cartes France

Si un jour vous passez dans le sud-ouest, dans les environs de Toulouse, Carcassonne et de l'Espagne (si chère au cœur de Laure !), ne manquez pas de faire étape au Trésor à Sonnac sur l'Hers. C'est un peu comme à la maison, mais en beaucoup mieux.
Installée sur la place du village face à l'église, cette belle maison de ville est décorée avec beaucoup de goût par les propriétaires, Tilly et William. Ils s'y sont installés il y a neuf ans, après une visite aux parents de Tilly. Tombés amoureux de la région, ils ont décidé d'y rester et ont ouvert un gite et des chambres d'hôtes.

Le Trésor, salon, bar, et salle de billard. Au fond, la DVDthèque/bibliothèque

Le Trésor compte cinq chambres et un cottage qui se loue à la semaine. Au rez-de-chaussée de la maison principale, il y a un bar et un billard et une DVDthèque (quelle bonne idée !) avec plein de bons films (Le Parrain, Borat, Les Aristochats)... Quelques livres aussi, mais en v.o. pour la plupart.

Le Trésor, chambre Deux.

Chaque chambre compte une télé, un lecteur DVD (d'où l'envie d'aller piocher au rez-de-chaussée) et un dock iPod. La nôtre était petite mais pas étouffante du tout car la hauteur de plafond est impressionnante. Les propriétaires, sachez-le, sont hyper accommodants et gentils (et patients). Nous avons débarqué à trois (un adulte et deux petits enfants agités) et nous avons dormi dans la même chambre avec un lit bébé en plus.

La terrasse.

Le poirier, généreux.

Si j'ai réussi à vous convaincre d'y passer au moins une nuit, restez pour le dîner ! La propriétaire, Tilly, prépare de délicieux repas avec les produits locaux (fromage de chèvre, fruits et légumes des environs). Et surtout, si le temps le permet, vous dînerez sur la terrasse, face à un très joli jardin avec un poirier impressionnant (photo ci-dessus). Là encore, pas de problème pour improviser un repas kid friendly (des pâtes ! du poulet !). Le petit déjeuner, que nous n'avons pas testé, est aussi très réputé. Les prix ? Plus que raisonnables : à partir de 85 € la nuit et 30 € pour le dîner, qui les vaut bien.
Bref, trouvez un prétexte pour vous y arrêter le temps d'un week-end ou plus, on y est très, très bien !



mercredi 20 août 2014

Des bocaux pour les nulles

Bocaux de poires avant stérilisation.

La saison des pêches et des poires est toujours trop courte… Et face à l'abondance de fruits cette année, je me suis dit : pourquoi ne pas les mettre en bocal ? Ceux du commerce sont trop sucrés et n'auront de toute façon jamais le charme du fait maison, cueilli dans le jardin. Pour les "nulles" comme moi, qui n'avaient jamais eu l'idée de s'y mettre, voici un DIY tout simple pour réussir ses bocaux.

Il faut : des bocaux (comme ceci), des caoutchoucs neufs et de beaux fruits.

- Commencer par laver les bocaux pour qu'ils soient impeccables.

- Peler les fruits (il ne doit rester aucune peau). Oter le centre (pour les poires) et couper en deux.
Disposer dans les bocaux, face bombée vers le haut.

- Une fois le bocal rempli, ajouter une cuiller à soupe de sucre, de l'eau jusqu'à la moitié du bocal.
Ajouter l'élastique et fermez hermétiquement. Vérifier que rien ne viendra gêner la fermeture.

- Installer le bocal dans la cocotte. Si vous en mettez plusieurs, ajoutez un linge pour qu'il n'y ait pas de chocs. Ajouter une grande quantité d'eau et fermer le couvercle de votre cocotte. 

- Compter 20 minutes à partir du moment où la cocotte commence à tourner et voilà ! Les bocaux sont prêts ! Pour vérifier que la stérilisation a bien fonctionné, le couvercle doit rester soudé, même une fois le système de fermeture débloqué.



PS : Chacun sa méthode. Certains recommandent de recouvrir entièrement les bocaux d'eau, de stériliser 40 minutes… A vous de voir, mais la méthode employée a parfaitement marché !